P'tite Fabrique

Les activités

Les grandes œuvres du confinement

Durant toute la période du confinement, la P’tite Fabrique propose des nouvelles séances toutes les semaines, à réaliser dans son lieu de vie avec le matériel que l’on a sous la main, pour tous les enfants, tous âges, tous niveaux (de la maternelle à la primaire). Toutes les séances seront (et resteront) disponibles ci dessous. 

Les Grandes Œuvres du confinement #9

« La Chaise »

Pour cette neuvième séance des Grandes Œuvres du Confinement voici 3 propositions d’activités artistiques à faire à la maison autour du thème de La Chaise ! Oui, nous avons tous des chaises à proximité, on les utilise quotidiennement sans y prendre garde alors on va s’amuser (et créer) autour de cet objet simple et pourtant bien utile afin de lui redonner une place royale !

• 1ère proposition : Déconstruire / reconstruire une chaise (pour les très grands).

→ Pour cette séance vous aurez besoin : 2 feuilles blanches, crayon papier et gomme, ciseaux, colle, feutres et crayons de couleur

> Pour débuter on observe une chaise, on regarde de quoi elle se compose, comment elle tient… On remarque trois grandes parties: le haut (avec le dossier), le milieu (avec l’assise) puis le bas (avec les pieds). NB : une chaise n’a jamais d’accoudoirs à la différence d’un fauteuil. On distingue donc trois parties majeures qui composent une chaise.
> Plier en 4 une des deux feuilles blanches afin d’obtenir 4 zones de dessin. Dans la zone 1 dessiner UNIQUEMENT une des parties de la chaise observée précédemment (le dossier par exemple), pareil dans la deuxième zone et la troisième zone (on pense a séparer les pieds).
Attention : on essaye de bien respecter les proportions, certes les éléments sont séparés mais ils doivent être proportionnés les uns par rapport aux autres, ainsi que le même point de vue, c’est le moment également de s’exercer à la perspective. On obtient donc 3 dessins distincts des différentes parties d’une même chaise.
> Il reste donc une zone de dessin vide. Dans la quatrième zone, dessiner de nouveau un des éléments de la chaise de votre choix.
> Découper tous les éléments de la chaise et bien les séparer.
> Nous voila donc avec une chaise déconstruite. Sur la deuxième feuille blanche placer TOUTES les différentes pièces de la chaise de sorte a reconstruire une nouvelle chaise ou en tout cas un objet qui ressemble à une chaise. Elle peut être farfelue, rigolote impraticable, dans tous les sens, elle peut perdre sa fonction première mais elle doit néanmoins rester un objet/meuble. On déplace et replace les éléments jusque trouver un ensemble satisfaisant et on colle !
> Compléter le collage avec des couleurs en créant un univers autour de ce nouvel objet (le sol par exemple…) 

• 2ème proposition : Dessiner une chaise avec ses perspectives (pour les grands) 

David Hockney

Vincent van Gogh

→ Pour cette séance vous aurez besoin : feuille blanche, crayon papier, gomme et une chaise

> Choisir une chaise de forme assez simple qui servira de modèle. On la place devant soi afin de bien voir toutes ses parties.
> Dessiner la chaise telle qu’on la voit en prenant garde à respecter les perspectives, sur l’assise, le dossier mais aussi les pieds.
> Pour s’aider on peut commencer par tracer une esquisse de la chaise avec des traits/lignes qui permettent ensuite d’orienter toute la perspective de la chaise (respecter le sens)
> Ajouter les couleurs si besoin, les ombres, le sol, le fond.

•3ème proposition : Les chaises de la famille Ours (pour les moyens/petits)

→ Pour cette séance vous aurez besoin : 1 feuille blanche, crayon papier, gomme, règle et feutres

On va s’inspirer de l’histoire de Boucle D’Or et de son arrivée dans la maison des Ours, lorsqu’elle découvre la maison vide avec sur la table les trois bols et les chaises de la famille Ours, la grande pour papa Ours, la moyenne pour maman Ours et la petite pour le petit Ours.

> Sur la feuille blanche tracer deux lignes à la règle afin de séparer la feuille en trois parties égales. Pour aider les plus petits on fait des points et ils relient les points à l’aide d’une règle.
> Voici la chaise de maman Ours.

> Dessiner la chaise de maman Ours dans la case du milieu (en prenant exemple sur ce modèle d’une chaise très facile a dessiner). Ce sera donc la moyenne chaise.
> Puis, de la même manière, dessiner la chaise de papa Ours dans la première case, ce sera donc la plus grande chaise et la petite chaise de bébé Ours dans la troisième case. Prendre garde a bien respecter les proportions !
> Ajouter les couleurs sur les chaises des ours, on peut même dessiner les ours correspondants à côté !

Et on oublie pas une petite photo des œuvres pour Mina et Camille !
A la semaine prochaine pour de nouvelles activités artistiques à la maison.

Quelques autres exemples d’artistes qui se sont amuser autour de la chaise :

Philippe Ramette

Arman

Dali

David Hockney

Paola Pivi

Arman

Marc André Robinson

Egon Schiele

Myeongbeom Kim


Les Grandes Œuvres du confinement #8

« Les Empreintes »

Pour la huitième séance de pratique artistique à la maison nous allons nous amuser autour de l’empreinte ! C’est le printemps, la nature explose mais nous n’y avons pas forcément accès alors on s’est dit qu’on allait ramener un peu de nature chez nous !
> Une empreinte désigne une marque, une trace en creux ou en relief sur une surface.

Sur cette séance trois propositions différentes :

• 1ère proposition : Les fleurs multicolores (pour les petits)

Elsworth Kelly

→ Pour cette séance vous aurez besoin : une feuille blanche, un pinceau, de la peinture.
> Peindre sa feuille entièrement avec une couleur de son choix. Attention à toujours peindre dans le même sens.
> Une fois le support sec, tracer des lignes verticales vertes qui seront nos tiges de fleurs. Attention, veiller à laisser un espace en haut pour les fleurs. Tracer directement les lignes à main lever au pinceau, pour les plus petits on peut faire le tracer au crayon papier au préalable.
> On peut faire un champ de fleurs, dans ce cas beaucoup de lignes qui peuvent même s’entrecroiser, ou quelques unes bien distinctes.
> Une fois les tiges sèches, passons aux fleurs. Pour cela on va utiliser la méthode de l’empreinte et du tamponnage, avec ses doigts ou avec d’autres ustensiles (bouchons par exemple).
> On prépare des récipients avec des jolies couleurs pour les fleurs. On trempe son doigt (ou l’outil qu’on a choisi) dans la peinture puis on vient le poser sur les tiges pour former les fleurs. On peut faire plusieurs empreintes de plusieurs couleurs pour former une fleur, on peut aussi faire le choix de plusieurs petites fleurs et dans ce cas une empreinte pour chaque fleur est suffisante. On peut répartir ou regrouper les empreintes sur les tiges afin de former une ou plusieurs jolies fleurs ! On pense a bien essuyer son doigt à chaque changement de couleur pour éviter les mélanges « hasardeux » :)
Et voila de belles fleurs faites avec des empreintes !

 2ème proposition : Insectes fabuleux/petites bestioles fantastiques

→ Pour cette séance vous aurez besoin : feuille blanche, de la peinture ou de l’encre, crayon papier, feutres ou crayons de couleurs.
> Plier la feuille afin d’obtenir 4 cases égales (plier en 2 puis encore en 2).
> Peindre chaque partie d’une couleur différente, pensez à bien diluer la peinture pour un effet presque transparent.
> Une fois le support sec, déposer une empreinte digitale dans chaque case à l’aide de peinture noire (ou foncée), libre à vous de choisir sa place et son sens. Prendre garde à faire des empreintes bien nettes, pour cela on pose, on appuie un peu et on soulève d’un mouvement sec.
> Une fois les empreintes sèches, à partir de cette forme on imagine un insecte, une petite bête. On peut s’inspirer des insectes que l’on connait déjà et s’amuser autour (les 8 pattes de l’araignée, les yeux globuleux d’une mouche, le corps pointu d’une abeille, la tête d’une fourmi) on peut aussi créer une petite bête totalement farfelue sortie tout droit de notre imagination !
> Une fois les 4 insectes dessinés on peut ajouter des couleurs aux feutres ou simplement les repasser avec un feutre noir pointe fine.

•3ème proposition : L’arbre à la manière de Max Ernst 

→ Pour cette séance vous aurez besoin : plusieurs morceaux de feuille (type photocopie), 1 crayon papier gras (dans les b si possible), colle, ciseaux, feutre noir, une feuille blanche (qui sera le support).

Pour l’empreinte ici on choisira la technique du frottage, c’est à dire un procédé graphique qui consiste à prélever par frottement (au crayon gras le plus souvent) les reliefs d’une surface, lame de parquet, feuille d’arbre,écorce, plume, mur, pièce de monnaie… (des reliefs / des creux) sur lesquelles on a posé une feuille de papier au préalable.

> Faire une récolte d’empreintes par la technique du frottage avec ce qui se trouve dans votre environnement, faites des tests, des expériences, garder ce qui marche le mieux.
> Sur la feuille blanche, tracer un arbre qui servira de base pour le rendu final, on pense bien à la composition d’un arbre qui s’étend sur tout le support, on pense aussi à l’épaisseur, le tronc, puis des grandes, puis des moyennes branches puis les petites branches.
> On coupe les frottages, on élimine tous les blancs et on ne garde que les parties frottées que l’on coupe en petites formes aléatoires (arrondies).
> On colle sa récolte d’empreinte sur la forme de l’arbre tracée préalablement. On peut s’amuser avec les différents sens des traces, on peut superposer, coller bord à bord… on prend garde à ne pas laisser d’espace vide dans l’arbre.
> On cerne l’arbre avec un feutre noir afin de faire ressortir la forme de l’arbre.

Max Ernst, Forêt et Soleil, 1931

Merci à tous de vos multiples participations, on se retrouve la semaine prochaine (une seule séance par semaine désormais le mercredi) pour de nouvelles activités artistiques à la maison !
Camille & Mina.

PS : N’oubliez pas de nous envoyez une petite photo des œuvres des enfants, ça nous fait super plaisir


Les Grandes Œuvres du confinement #7

« A TAAaaaaaAAAble  ! »

Pour la septième séance à la maison, cette semaine prenons comme point de départ une chose que nous avons tous en commun et qui nous occupe particulièrement beaucoup, surtout en ce moment… la nourriture ! Les petits et les gros gourmands vont pouvoir faire parler leur art culinaire mais pas que ! Alors à taaaaaaaaaaaaaable !

Sur cette séance trois propositions différentes :

• 1ère proposition : Le BURGER (convient à tout le monde de 4 ans à 99 ans!)

→ Pour cette séance vous aurez besoin : de vieux magasines, papiers journaux, colle, 1 feuille blanche, crayon papier.
Tout le monde connait le burger, alors à vous de le garnir de vos ingrédients préférés et de faire preuve de création. Place aux burgers traditionnels (tomates, salades, cornichons…) au burger avec avocats, avec œuf, avec fromage, avec des sauces, ou encore le veggie burger, le burger avec des pains noirs! Bref, il va falloir imaginer et créer le sien, son BURGER IDÉAL ! Attention, le plus dur ici sera de ne pas le manger :)

> Sur une feuille blanche format portrait, dessiner les contours de son burger en vue de profil. On doit distinguer toutes les couches des différents ingrédients. Le burger doit être assez grand et les couches épaisses, bien distinctes et espacées. Attention également au petit pain du haut qui doit être arrondi (comme une demi lune). Un adulte peut aider les plus petits pour ce dessin.
> On prépare des tas de papiers déchirés qui correspondent aux couleurs des couches composant notre burger.
Pour cela, dans les magasines à disposition on récolte des images, par exemple de couleurs vertes pour la salade / l’avocat, que l’on déchire ensuite en petits bouts.
> On fait de même pour toutes les couleurs qui correspondent à nos couches (couleur du pain, de la tomates, oignons, cornichons, salade, fromage, ketchup, viande…)
> On remplit les espaces dans nos couches avec les petits bouts qui correspondent. Attention à ne pas trop déborder, si besoin on re-déchire en plus petits morceaux et on pense bien à superposer les petits bouts.
> Le burger est fini lorsque tous les espaces sont remplis. On peut le laisser sur la feuille blanche ou le couper sur les bords (ce qui va enlever tous les petits bouts qui pourraient éventuellement dépasser) et le coller sur un autre fond (ou pas)

 

• 2ème proposition : Les 4 repas par jour  

.

→ Pour cette séance vous aurez besoin : feuilles blanche (soit 1 soit 4), crayon papier, règle, feutres/crayons de couleurs
Nous allons dessiner nos 4 repas du jour ! Petit déjeuner, déjeuner, goûter (qui est souvent le repas le plus important pour les enfants) et dîner.
> A la règle créer 4 espaces égaux sur une feuille blanche (format paysage). On peut aussi choisir de prendre 4 feuilles blanches que l’on assemblera à la fin.
> Dans chaque partie on indique ses repas (matin, midi, goûter, soir) puis on y dessine ses ustensiles : bol, assiette, couverts, verre… Attention : vue du dessus, et on pense aux détails : décorations, si il y en a, nappe, serviette…
> On repasse le dessin au feutre noir.
> Puis on ajoute ses repas/boissons du jour dans chaque contenant. Ce qu’il y a dans le bol du matin, dans l’assiette du déjeuner, le gâteau du goûter, la soupe du dîner…
> A vous de montrer ce que vous avez mangé aujourd’hui (ou ce que l’on aurait rêver manger) et on n’oublie pas la date !

•3ème proposition : LE DESSERT (pour tous les âges)

→ Pour cette séance vous aurez besoin : feuille blanche, magasines divers, papier journaux, papiers recyclés de toutes sortes (papier cadeau, papier gauffré que l’on retrouve dans les emballages par exemple, papier kraft, papier cartonné, emballages…) ciseaux, colle

Nous allons imaginer le dessert le plus incroyable, le plus farfelue, celui qui nous donne le plus envie, un dessert FANTASTIQUE !!!
> Sur la feuille blanche (format portrait ou paysage en fonction du dessert que l’on a choisi) on dessine son dessert de rêve (une pièce montée avec plein d’étages, un immense banana split, des boules de glaces à la chantilly, un formidable gâteau d’anniversaire…)
> On remplit notre dessert avec des morceaux de papiers collés. Dans ce collage plusieurs options sont possibles. Cela peut être des bandes de plusieurs styles/matières de papiers que l’on superpose du plus grand aux plus petits comme une géante pièce montée (option plus facile pour les plus jeunes) et cela peut être aussi un collage/assemblage de différents papiers dont le tout va former le dessert.
> Jouer sur les effets de matières des papiers (gauffré, râpeux comme le papier ponce, épais…) sur les reliefs, les épaisseurs, on peut superposer, froisser, trouer, plier, le tout créant des effets de volume.
> Remplir toute la surface du dessin en laissant le moins possible transparaître le support blanc
> On peut ajouter de la couleur, pour combler des espaces laissés vacants et/ou pour colorer certains types de papier dont la couleur d’origine ne convient pas. Attention à ne pas dépasser.
> Au feutre noir, cerner le dessert et, si besoin, ses différentes parties afin de les faire mieux ressortir.

Merci à tous de vos multiples participations, on se retrouve la semaine prochaine (une seule séance par semaine désormais le mercredi) pour de nouvelles activités artistiques à la maison !
Camille & Mina.

PS : N’oubliez pas de nous envoyez une petite photo des œuvres des enfants, ça nous fait super plaisir


Les Grandes Œuvres du confinement #6

« Les cartes à Jouer »
♠♣♥♦

Pour la sixième séance à la maison nous allons prendre comme point de départ les cartes à jouer. On espère que vous avez tous ça dans vos placards (normalement oui), les cartes des jeux de batailles, Tarot, Septs familles, et même Uno sont acceptées !
Sur cette séance deux propositions différentes seront faites, à vous de choisir ! (en fonction des âges et des envies).

♣ 1ère proposition  (plutôt pour les grands) :

Sonia Delaunay, Jeux de carte Simultané, 1964


→ Pour cette séance vous aurez besoin : de la carte Reine (pour inspiration), d’une feuille blanche de la taille d’une carte, règle, ciseau, feutres.
A partir du Roi de Cœur créée par Sonia Delaunay imaginons sa complice la fameuse Reine de Cœur.
> Découper la feuille blanche dans un format carte à jouer (un peu plus grand certainement).
Attention : bien penser à arrondir ses 4 angles (comme nous l’avons fait avec certains durant nos séances à l’atelier)
> Observer le Roi de Cœur de Sonia Delaunay, quels sont ses caractéristiques stylistiques : ses couleurs, ses formes, sa taille, sa symétrie, quels sont les éléments qui permettent d’identifier que c’est un roi de la famille des cœurs…
> Sur votre carte à jouer, dessiner la Reine de Cœur dans le style de Sonia Delaunay, à savoir par exemple: formes géométriques, couleurs similaires, symétrie, placement stratégique des cœurs…
> Attention, on doit bien distinguer que c’est une reine, pour cela on peut s’aider des codes visuels de la Reine de Cœur de nos cartes à jouer personnelles.
> Ajouter tous les détails (le trait noir qui suit les bords arrondis de la carte, la lettre Q pour le queen de la reine et les cœurs bien sûr)
> Si on le souhaite, on peut s’amuser à faire toute la famille des Cœurs, ainsi que des Piques (valet, dame, roi, as), des Trèfles, et des Carreaux !
Et vous voilà à la tête d’un beau cheptel :)
> Prendre en photo vos cartes (et hop un petit message à la P’tite Fabrique!) 

♦ 2ème proposition : 


Fernand Léger, Le roi de Coeur

→ Pour cette séance vous aurez besoin : de cartes à jouer (au choix), d’une feuille, et de tout le matériel que vous jugerez bon d’intégrer dans votre oeuvre (collage, découpage, coloriage, peinture, dessin…)
> Choisir une (ou plusieurs) carte à jouer que l’on arrive à reproduire (sauf si on à le droit de l’utiliser directement) d’un jeu traditionnel ou de tous autres jeux.
> Dessiner cette carte et l’intégrer dans une création artistique (cela peut être un dessin, un collage, une peinture, cela peut être abstrait, figuratif…)
> Intégrer ou incorporer cela veut dire placer cette carte dans un ensemble de telle sorte qu’elle semble lui appartenir et qu’elle soit en harmonie avec les autres éléments qui l’entourent.
> Quelques idées : un personnage, un objet, un animal, continuer la carte…

Fernand Léger


Salavador Dali, L’As de Carreau,

 

Merci à tous de votre participation et à la semaine prochaine pour une autre séance de pratiques artistiques à la maison !
Camille & Mina.

PS : N’oubliez pas de nous envoyez une petite photo des œuvres des enfants, ça nous fait super plaisir


Les Grandes Œuvres du confinement #5

« Les Doudous »

Pour la cinquième séance à la maison, nous avons choisi de nous concentrer sur ces chères petites « bêtes » à poils adorées par les enfants (et parfois aussi par les adultes) ce sont bien sûr….. les doudous !
Sur cette séance trois propositions différentes, à vous de choisir celle(s) qui convient! (en fonction des âges et des envies).

• 1ère proposition  :

Pascal Bernier

→ Pour cette séance vous aurez besoin : d’un doudou, n’importe lequel et de bandes (cela peut être des bandes de tissu multicolores ou de la même couleur, des bandages ou des foulards…)

Comme l’artiste Pascal Bernier on va entièrement recouvrir sa peluche d’un système de bandes jusque la cacher entièrement.
> Une fois la peluche choisi on l’enserre complètement de bandes (cela peut être des bandages, des bandes de tissus, des foulards…). Attention les bandes doivent être serrées le plus possible. On fait des petits nœuds pour que cela tienne, on peut aussi mettre des épingles à nourrice. Ne pas hésiter à faire passer les bandes en dessous et au dessus pour créer un ensemble de bandes bien compact. 
> Une fois l’emballage terminé, la peluche a perdu sa fonction et il ne reste plus que sa forme. 
> Placer alors ce nouvel objet dans une position et dans un contexte qui convient mieux à sa nouvelle fonction :) 
> Prendre une photo avec le téléphone portable (et nous l’envoyer bien sûr :) 

• 2ème proposition : 

Mike Kelley


→ Pour cette séance vous aurez besoin : de plusieurs doudous/peluches, cordes/fils/laines/élastiques

> Sortir ces peluches
> Les classer par famille de couleur (tons).
> Puis les assembler, chaque groupe/famille va former une boule. On peut choisir de faire une boule (bleu par exemple) ou plusieurs (cela dépend aussi du nombre de peluches à disposition)
> Afin de former au mieux ces « boules » de peluches s’arranger pour que rien ne dépasse, rentrer les têtes, les bras, les jambes… pour former un ensemble bien compact puis l’enlacer avec un gros élastique ou une corde, du fil, de la laine, et faire en sorte que cela tienne.
> Mettre en scène l’ensemble, faire une composition.
> Prendre le tout en photo.

. 3 ème proposition, adapté aux plus jeunes mais tout le monde peut le faire :

→ Pour cette séance vous aurez besoin : d’une peluche (type nounours) (plus petite qu’une feuille a4), 2 feuilles a4 blanches, des feutres, crayon papier, ciseaux, peinture (optionnelle), colle.

> Sur la première feuille blanche faire des graphismes au choix (2/3 graphismes max) par exemple des cœurs, des étoiles, des ronds, des points, des flocons, des triangles. Et pourquoi pas faire un algorithme (dans ce cas là on trace des lignes au préalable et les graphismes sont placés sur les lignes) ou on peut aussi les mettre dans tous les sens sur la feuille, le principal est de remplir tout l’espace.
> Colorier les décorations, multicolore ou monochrome.
> Sur la deuxième feuille on pose le doudou. Attention il doit tenir en entier sur la feuille !
> Un adulte tient le doudou et l’enfant trace le contour du doudou en entier. Attention le crayon doit bien rester coller aux bords du doudou (et non autour).
> Ensuite on ajoute les détails sur le dessin (ses yeux, son nez, ses moustaches…bref toutes les décorations/détails). Bien observer où les détails sont placés et tenter de les mettre aux mêmes endroits.
> Avec de la peinture, peindre le doudou en entier (une peinture légère c’est à dire bien diluer à l’eau), si vous n’avez pas de peinture on peut aussi le colorier.
> Découper sur les contours du doudou en restant bien sur le trait.
> Coller le doudou sur la première feuille (on doit voir les graphismes autour du doudou)
> Avec un feutre noir on refait le contour du doudou pour bien le faire ressortir (attention à bien rester sur les bords)

Et voilà le fameux doudou n’est plus une simple peluche mais il devient le sujet de l’oeuvre !!!

Pascal Bernier

Mike Kelley

 

Merci et à vendredi pour une prochaine séance d’arts plastique à la maison !
Camille & Mina.

PS : N’oubliez pas de nous envoyez une petite photo des œuvres des enfants, ça nous fait super plaisir ♥


Les Grandes Œuvres du confinement #4

« Du chocolat pour Pâques ! »

Pour la quatrième séance à la maison, et parce que Pâques arrive à grand pas et la saison du chocolat avec, nous avons choisi de nous amuser un peu autour des grandes figures de cette fête gourmande que les enfants adorent il s’agit des fameuses cloches et des œufs, le tout en chocolat bien sur !

→ Pour cette séance vous aurez besoin : pâte à sel, saladier, chocolat en poudre ou en tablette, cure dents, café, feuille blanche, crayons, peintures…

. Pour les grands :

> Prendre une feuille blanche assez épaisse, format portrait.
> La peindre entièrement avec du café dilué.
> Une fois sèche, dessiner une grande cloche de Pâques (en prenant éventuellement exemple sur les modèles ci dessus). Attention, la cloche doit être grande et occuper l’espace de la feuille.
> Y ajouter les ornements et les détails de votre choix (pas trop petits car il va falloir les peindre)
> On prépare plusieurs « mixtures » de chocolat (au moins 2), on peut utiliser plusieurs sortes de chocolat (plus ou moins concentrés) et on obtiendra différentes nuances et différentes matières.
. Chocolat en poudre dilué : couleur assez claire et matière fluide (plus on met de l’eau plus c’est clair)
. Chocolat fondu : matière plus épaisse, couleur plus intense, si c’est du chocolat au lait plus clair, si c’est du chocolat noir plus foncé.
> Faire plusieurs pots avec vos « peintures/chocolats » ajoutez y plus ou moins d’eau… , faire des tests sur une feuille de brouillon
> Peindre la cloche en jouant avec les différentes nuances de la peinture chocolat et/ou les différentes matières/textures.
> On peut cerner de noir les détails, les ornementations et la cloche.
> On peut y ajouter un ruban de couleur.

. Pour les plus petits (adapté aux plus jeunes mais tout le monde peut le faire) :

Avec l’aide d’un adulte, préparer la pâte à sel : dans un saladier, mélanger 1 dose d’eau tiéde, 1 dose de sel fin, 2 doses de farine, malaxer jusque obtenir une pâte non collante et lisse (si trop collante ajouter un peu de farine).
> En fonction du nombre d’œufs de pâques que l’on souhaite (soit un très gros, soit plusieurs) séparer la pâte à sel en parts plus ou moins égales.
> Faire une (des) grosse boule, en roulant sur la table (préalablement tamiser de farine) ou entre ses mains.
> L’aplatir sur la table avec la paume de sa main, comme une crêpe bien ronde !
> Avec un outil (comme un couteau bout rond) ou avec ses doigts lui donner une forme d’œuf
> Poser l’œuf sur un support en carton (ou rigide)
> Avec un cure dents (ou la mine d’un crayon…) tracer sur l’œuf des décorations, des lignes, des zigzags… (cf: images)
> Laisser sécher l’œuf (retourner régulièrement)
> Une fois sec, place à la couleur, un peu de peinture (attention pas beaucoup d’eau dans la peinture), acrylique c’est l’idéal mais la gouache c’est bien aussi, sur la pâte à sel, on peut aussi ajouter des rubans, des nœud, des perles… bref de le (les) décorer comme on le souhaite !

Joyeuses pâques à tous et toutes, petits et grands !

Merci et à la semaine prochaine pour d’autres séances d’art plastique à la maison !
Camille & Mina.
N’oubliez pas de nous envoyez une petite photo des œuvres des enfants, ça nous fait super plaisir ♥


Les Grandes Œuvres du confinement #3

« Asterix le Grognon »

Pour la troisième séance à la maison, nous avons choisi de nous arrêter un instant sur les célèbres personnages créés par Uderzo et Gossini, bien sur, il s’agit de Astérix et Obélix ! Une façon de rendre hommage à Albert Uderzo mais aussi pour les enfants de s’adonner au plaisir du dessin et de la narration par le biais de la bande dessinée.

→ Pour cette séance vous aurez besoin : d’une imprimante (si possible) d’une feuille A4, crayon papier + gomme, des feutres, d’une colle et éventuellement d’une règle.

. Pour les grands :

> Prendre une feuille au format paysage.
> Imprimer (ou reproduire) cette vignette issue du 30ème album des aventures d’Asterix et Obélix « La galère d’Obélix » que l’on nommera case 2
> Découper et coller la case 2 au centre de la feuille
> Tracer avec la règle une case/une vignette avant (case 1) puis une vignette après (case 3), afin de créer une planche (un ensemble de plusieurs vignettes qui racontent le déroulé d’une action). Bien sur, on peut rajouter autant de vignettes que l’on veut si on le souhaite.
> Dessiner le avant et le après de ce que suggère la case 2. L’espace /temps doit être respecté mais on peut s’amuser sur des petites anecdotes inventées. Asterix va t-il se prendre le menhir sur la tête ? Pourquoi donc Obélix est-il si énervé ?
Il est possible d’utiliser différents styles de plans (plan large, gros plan, contre-plongé, détails…) d’ajouter des personnages, des paysages, absents de la case 2, bref une fois encore de laisser parler son imagination.
> Ajouter des bulles de dialogue si on le souhaite et pourquoi pas des onomatopées (pif, bang, paf, splash, snif, boum…) avec des design de bulles adaptées.
> Mettre en couleurs.
> Attention : prendre garde à la cohérence de l’histoire, il faut que ce soit logique et compréhensible.

. Pour les plus petits :
> Prendre une feuille dont on choisit le sens (debout ou coucher)
> Avec un feutre vert, tracer 7 ronds et avec un feutre bleu tracer 7 autres ronds. Les ronds peuvent être de différentes tailles mais attention ils doivent remplir tout l’espace de la feuille sans se toucher et surtout les ronds doivent être bien fermés.
> Colorier les 14 ronds avec les bonnes couleurs (soit 7 verts et 7 bleus) en tentant de dépasser le moins possible et sans laisser de blanc.
> Avec un feutre noir fin faire des graphismes dans les ronds, remplir tous les ronds bleus avec des lignes verticales et les ronds verts de petits points (ou autre graphisme au choix). Attention les lignes ne doivent pas sortir des ronds.
> Obélix s’est perdu dans la foret ce matin et pour retrouver son chemin il doit suivre les ronds verts. Pour l’aider, avec le feutre noir dessiner un trait qui part du premier rond vert et va jusqu’au dernier en passant par tous les autres ronds verts. La ligne peut traverser les ronds ou juste les toucher mais attention elle ne doit surtout pas aller dans les ronds bleus !
> Pour marquer l’arrivé d’Obélix, on peut dessiner un chaudron de potion magique au bout du « chemin ».

Pour rappel :

→ Toutes les œuvres issues de ce confinement seront exposées lors de notre exposition de fin d’année à la P’tite Fabrique (y compris les photos) alors pensez bien à les garder et à les signer !
→ Toutes les séances resteront en ligne pendant toute la durée du confinement afin que chacun puisse les faire à son rythme et selon ses envies.
→ N’oubliez pas également de nous envoyez une petite photo des œuvres des enfants, ça nous fait super plaisir :)

Merci et à vendredi pour la prochaine séance d’art plastique à la maison ♥
Camille & Mina.

 


Les Grandes œuvres du confinement #2

« Performance Minutes »

Pour la deuxième séance à la maison la P’tite Fabrique a choisi de s’inspirer du travail d’un artiste autrichien: Erwin Wurm.

Avant de commencer, il convient de faire un petit point sur le travail de l’artiste qui peut désappointer au premier abord:)
Erwim Wurm est un artiste contemporain dont le travail fait la part belle à l’absurde, l’instantanéité, le tout avec une bonne dose d’ironie et d’humour. Parfait par les temps qui courent !
Connu pour ses photographies, ses vidéos ou encore ses performances, l’artiste fait notamment appel aux corps (le sien, ceux de ses modèles, ceux des spectateurs) qu’il met en interaction avec des objets simples du quotidien (vêtements, cartons, ustensiles, outils…) donnant alors un sens nouveau à des actions absurdes.
N’ayons pas froid aux yeux, laissons parler notre humour et notre imagination et place à des petites performances minutes !

→ Cette séance doit se faire avec l’aide d’un adulte, au moins!
→ Pour cette séance vous aurez besoin de vieux vêtements qui ne craignent rien (tee-shirt, pyjamas, collant, chemise…) de la fonction « photo » d’un téléphone et d’au moins deux personnes motivées ! (celui qui pose, celui qui prend les photos). N’hésitez pas à faire participer toutes les personnes présentes avec vous et amusez vous bien ;)

>> Pour les plus grands :

. Choisir un vêtement plutôt grand et large et l’enfiler.
. Une fois porter à vous de modifier sa forme/fonction initiale jusque lui donner un aspect difforme. Pour cela, vous pouvez le déformer, l’étirer, le tourner, le renverser, le gonfler, le boursoufler…
. Pour vous aider vous pouvez utiliser des objets divers, d’autres vêtements ou même d’autres personnes, à glisser sous les vêtements.
. Une fois le vêtement transformé, prenez une pose (ne plus bouger comme une sculpture) et faites la photo ! (Prendre garde à ce que l’on ne voit pas les artifices qui permettent la transformation)
. Attention: réfléchir avant de se lancer, trouver la meilleur façon de modifier la forme des vêtements, faire des tests et surtout faire preuve d’imagination et d’ingéniosité.
. Envoyer nous la photo que vous jugerez la plus réussie.

>> Pour les plus petits (plus adapté aux petits mais tous les enfants peuvent le faire aussi) :

. Choisir un vieux tee shirt/ pyjama/chemise et le mettre.
. Observer l’image, s’en inspirer et identifier de quelle manière vous aussi vous pouvez donner une autre fonction/forme au vêtement.
. Utiliser son corps, ses membres, mais attention le corps (la peau) doit être le moins visible possible.
. Prendre en photo la pose la plus réussie et nous l’envoyer.

Le travail photographique de Erwin Wurm est exposé à La Maison Européenne de la Photographie, le confinement ayant entraîné une fermeture de toutes les expositions, la MEP à fait le choix de partager une partie du travail de l’artiste sur son compte instagram, n’hésitez pas à y jeter un petit coup d’œil si vous souhaitez en connaitre un peu plus sur le travail de l’artiste.

Pour rappel :

→ Toutes les œuvres issues de ce confinement seront exposées lors de notre exposition de fin d’année à la P’tite Fabrique (y compris les photos) alors pensez bien à les garder et à les signer !
→ Toutes les séances resteront en ligne pendant toute la durée du confinement afin que chacun puisse les faire à son rythme et selon ses envies.
→ N’oubliez pas également de nous envoyez une petite photo des œuvres des enfants, ça nous fait super plaisir :)

Rendez vous mardi prochain pour la prochaine séance à la maison !
Camille & Mina.

 


Les grandes œuvres du confinement #1

 « Derrière la fenêtre »

Henri Matisse, La fenêtre ouverte à Collioure, 1905

Pour cette première séance à distance nous avons choisi un thème simple. Tout le monde à au moins une fenêtre devant soi (enfin on l’espère), deux feuilles, un crayon papier, des feutres ou des crayons de couleur, un ciseau et de la colle.

. Prendre une feuille format rectangulaire (ou format portrait), idéalement A4
. Dessiner la fenêtre de son choix (une qui est dans la maison, dont la vue nous plaît le plus). Attention : dessiner une fenêtre suffisamment grande, elle doit bien occuper l’espace de la feuille, sans toutefois en toucher les bords.
. Découper les ouvertures de la fenêtre pour l’ouvrir et bien la plier afin que celle-ci reste ouverte (pour les plus jeunes un adulte peut aider au découpage, car il faut découper à l’intérieur et bien droit!).
. Coller une deuxième feuille derrière la première, en prenant garde à bien rester bord à bord et à ne pas mettre de colle à l’endroit de l’ouverture de la fenêtre.
. Se mettre en face et dessiner ce que l’on voit par la fenêtre lorsque celle-ci est ouverte. Prendre garde aux différents plans (respecter les mesures et les tailles), c’est le moment pour les plus grands de s’exercer à la perspective.
. Mettre son dessin en couleurs, avec des feutres ou des crayons de couleurs. Attention au coloriage, respecter le sens du tracé et de l’objet, essayer dans le mesure du possible de ne pas déborder.
. Pourquoi pas faire aussi l’intérieur de la fenêtre si on le souhaite et si on a la place (les murs, les bords de la fenêtre, les rideaux…)

> Pour les plus petits :
. Un adulte trace la fenêtre, l’ouvre et colle la feuille derrière.
. L’enfant observe attentivement ce qu’il voit par sa fenêtre, il identifie des ensembles/ des zones de couleurs (par exemple: une zone de ciel bleu, une zone d’immeuble gris, une zone de toit rouge, une zone arbre vert…).
. Dans l’ouverture de la fenêtre il replace au même endroit les espaces de couleurs qu’il a identifié.
. Bien délimiter ces espaces avec son crayon à papier, on obtient donc plusieurs zones, il peut même y avoir des espaces plus petits dans des espaces plus grands (par exemple il y a des fleurs qui se détachent sur un ciel bleu).
. Mettre les bonnes couleurs dans les bonnes zones. On essaye de pas dépasser et de colorier toujours dans le même sens.

 Une fois l’oeuvre terminée, (n’oublier par la signature devant) penser à la garder bien précieusement et a nous envoyer une photo de vos réalisations (par mail ou par tel) !

Merci !
Et à vendredi pour une nouvelle séance à distance :)
Camille & Mina.

Henri Matisse

René Magritte

Pierre Bonnard
Vincent Van Gogh, Vue des toits de Paris de la chambre de Vincent, 1887

Zhu Hong, Room with windows, 2010

Réservations

Tarifs :.

Horaires :